VIII

 

      Le beau pays !

      Dans l'oasis de mon amour, lavé de tout, planter un arbre encore !

      Je ne chanterai plus que la conque de ton oreille, la musicale, la voyageuse !

      Et le frelon de l'été tisserand à mes tempes, écharpe de rumeur qui colore le ciel !

      Seul me retient l'iris, ce troisième cercle d'or à la racine étincelante de nos nuits!

 

                     IX

  

      Groseilles de la haine, blessure écarlate des roses ! 

     Dans l'améthyste et le grenat, la jacynthe et le mimosa, je contemple l'exacte juridiction terrestre. Le mérite, le juste, est à qui décline sans faillir les douze occurrences du temps.

      Quatre pôles, trois règnes - douze apôtres de ma théophanie païenne !

      Quand la printemps rase les fleurs de son écharpe de brise, je calcule mes chances. Elles sont égales à la course du soleil.

      

      La nuit n'aura pas le dernier mot.

 

                     X

 

      Dans le présent que tu creuses

      Comme une faille dans le roc

      Sème la vie, la bienheureuse

      Faite de bric et de broc

 

      Laisse filer les nébuleuses

      Et tiens ferme le soc

 

      Cet entre-deux où tu hésites

      Ce pas qui tremble sur le seuil

      Suffisent à fonder le site.

 

                      XI

 

      A la source retourne, rêveur docile !

      Dans le lit rocailleux du torrent

      Roulent les cailloux innocents.

 

      "Laissez venir à moi les mots

       Ces beaux, ces délicieux joyaux !"

 

                        XII

 

       Dans le feu de ta nuit calcinée

       Tu recueillis l'étoile adolescente

       Nul n'avait plus désir de toi

 

       Et de l'aube à la nuit souffrante

       Tu errais par la lande ravinée

       Les loups te firent cortège de roi.

 

       Nulle espérance ne t'empiège

       Nul défi, nul remords, ni rancoeur.

       Où donc vas-tu, marcheur sans foi ?

       

       "J'arpente mes halliers ténébreux

       Le clair-obscur dicte à mon coeur

       De recenser tout ce qui gît

       Au fil de l'herbe poussiéreuse

       Comme un hasard miraculeux".

 

                       XIII

 

        Dans le néant de l'Etre me voici

        Seul comme au premier jour

        Ebouriffé d'anxieuse allégresse !

 

  

       

                                                                                       Pau, 21 dec 2014

                                                                                       Guy KARL, tous droits réservés