CROQUIS de COLLIOURE

 

                                      OUVERTURE

 

 

 

           En 1905 le destin réunit à Collioure plusieurs peintres célèbres qui, en quelques mois, réalisèrent une quarantaire de tableaux illuminés, célébrant l'exceptionnelle beauté du lieu. On les appela les Fauves.

           En 2014 un hasard capiteux me fit découvrir chez un bouquiniste, sis dans la Carrer San Vincens, une suite d'eaux-fortes d'un poète inconnu, lequel avait même négligé d' y apposer sa signature.

           C'est ce poète oublié que je me suis proposé d'exhumer, et ses croquis extravagants, offerts ici en exclusivité aux amis du Jardin.

 

 

                                 CROQUIS de COLLIOURE

 

 

 

                                  I

 

 

                     Brisures blanches, tournoyantes

                     Sur le roc. La lumière  

                     Eclate et se déverse 

                     Dévore la ville. 

 

                     Ici tout danse

                     Tout s'émerveille

                     Et la mort même

                     Semble facile.  

 

                     Un jour encore, une heure, ô Muse 

                     Accorde moi le sursis salvateur

                     Le poème inédit, la faveur de l'éclair 

                     Avant la grande nuit.

 

 

                                          II       

 

                     

                        Le mauve et le fauve 

                        Entrelacent de leurs bras

                        Lourds de raisin brut 

                        Tels Dionysos en rut

                        Ciel et faune, et la mer jaune.

 

                                         

                                           III

 

                          Rouge la maison

                          Ecarquille la fenêtre

                          Blanche à la lumière

                          Fauve qui irise l'or   

                          Des reflets dansants sur l'eau.

 

 

                                            IV

 

                           De nulle part - surgie

                           Comme un rêve coupant la nuit 

                           Elle trace dans l'air une ellypse

                           Clé de sol, clé-mystère 

                           - Vire d'une aile légère sur la mer,

                           Et fuit.

 

 

                                                V   

 

                             Les oiseaux du soir

                             Entre les palmiers zigzaguent

                             A coups de pinceau,

                             Qu'ils barbouillent de vif rouge 

                             La nuit plate, qu'elle danse!

 

 

                                                 VI  

 

                              Sous le château vieux

                              Piqueté de branches sèches

                              Le golfe, le golfe 

                              O mon âme - s'illumine

                              De radieuse immensité!

 

 

                                                  VII

 

                               Je ne cherche plus à savoir

                               Je m'abreuve de lumière

                               A la terrasse au bord de mer

                               Ma pipe est comme un encensoir

                               Qui exauce le feu du soir. 

 

 

                                                  VIII

 

                        Collines brumeuses, vignobles et châteaux

                        Semblent rêver sous le soleil d'automne

                        Un songe antique et persistant

                        Ambivalent comme sont tous les songes

                        A croire que le temps s'est arrêté 

                        Depuis longtemps, depuis que l'homme est homme 

                        Et que les dieux ont quitté notre terre.

                        Tout est calme et pensif, tout semble méditer

                        Et même la lumière semble hésiter     

                        Au bord d'un précipice immémorial

                        Entre veille et sommeil. Collioure ma belle

                        Tu m'offres sous les feux vacillants de l'automne

                        Ce qu'en vain j'ai cherché dans l'art et la pensée.

                        Ulysse ne reviendra jamais ! L'exil

                        Plus fort que la nostalgie même

                        Attache l'homme errant aux hasards de l'errance

                        Loin des bosquets de la terre natale.

 

 

                                           IX

 

                             

                              Rocs déchiquetés

                              La mer consume la terre

                              Allons camarade !

                              Laisse doucement glisser

                              Ta barque à la désirade !

 

 

                                             X  

 

                             

                               Sur les feuilles la pluie

                               Pianote l'air immémorial

                               "Il était une fois

                               C'était l'unique fois..."

                               Depuis ne battent plus

                                      Que les doigts de la pluie.

 

 

                                              XI

 

                               

                                Tu veux faire voir la lumière,

                                Brise le vers !

                                Jeu de pépites

                                Feux errants, irradiants.

 

 

                                               

                                            XII

 

                               

                                Vieil homme au bord de la mer.

                                Il a fermé son livre, il se laisse rêver.

                                Du fond de son rêve antique et nostalgique 

                                Monte la Forme Belle

                                Plus belle que toute forme belle, 

                                Est-ce la vie, la vie belle qui t'appelle

                                Ou ce plus que la vie qui emporte la vie?

 

 

                                                     

                                                XIII

 

                                 

                                 Baigneuses nues

                                 Bras et jambes font la roue 

                                 Corolles violacées

                                 Et pistil blanc.

 

 

                                             XIV

 

                                   

                                  Vagues

                                  Et cela brasse, et remue, et remugle

                                  Muffle taurin

                                  Barques tressaillent sur leurs flancs

                                  Et cela craque de babord, de tribord  

                                  Haut le coeur, haut le corps

                                  C'est la vie paraît-il, la vie qui va

                                  Bientôt la nuit t'emportera. 

 

 

                                             

                                                   XV

 

 

                                   

                                   Ce que tend une main

                                   L'autre le reprend

                                   Mais c'est la même main.

 

                                   Tes bras fermés au dessus de ta tête

                                   Dessinent la fatale roue

                                   Où le temps volatil est piégé comme un rat

                                   Qui s'acharne à courir et qui n'avance pas.    

 

 

                                                 

                                                XVI

 

                                   

                                   Visage

                                   - Et ton oeil immensément ouvert

                                   Conque marine où je nais, où je vis, où je meurs

                                   Oeil-univers.

 

 

                                                 

                                               XVII

 

                                                     

 

                                    Anse de félicité ! Entre bourg et château

                                    La mer étale ses soieries.

 

                                    Garde, coeur pensif, coeur falot

                                    Mémoire de la féérie.

 

                                    Le temps réel du souvenir  

                                    C'est l'avenir.

 

 

                                                                                                                     

                                                                                                                     Collioure, septembre 2014

                                                                                                                      Tous droits réservés. GK