CORPS UNIVERS

 

 

            ARGUMENT

 

Formes dissoutes,images disloquées

Dans la déroute du corps-arbre, du corps-maison, de l'architecture ordinaire qui magnifie l'unité et le sens, je ne vois nulle tristesse, mais l'aube d'une nouvelle histoire qui porterait dans l'ordre humain les brillantes révolutions de l'astrophysique, parachevant la décentration initiée par la science.

Dissous dans l'univers, mêlé aux milliards de courants de la matière inventive et féconde, le corps-esprit retrouve sa patrie. Je suis, sans frontière ni centre, à l'équicentre de tout, universellement dispersé, et, de manière toute impersonnelle, immergé à perpétuité dans l'indicible présence.

 

          1

    Je me rince l'oeil

    Petit garçon au regard épaissi

    Calfeutré d'idées fausses

    D'interdits

    De péché, de dénature et de peur

    Que ne pouvais-je voir, coeur battu, coeur battant

    Par la serrure entrouverte le trou

    Sublime

    Ouvert sur tant de profondeurs humides

    Tropicales et douces et fleurant bon

    La caresse à distance

    Comme de petits chats qu'on lèche du regard

    Avec de tendres jappements goulus

    Ah la première faim, l'inapaisable

    Délicieuse insuffisance qui laisse ouverte

    Au flanc de l'être la plaie suave du plaisir!

 

              2

 

    Je vois partout de la beauté

   (je suis en Toscane au bord de la mer et je me promets de délicieuses visites à Florence, Pise, Sienne, et mille rencontres de hasard...)

    Ah quel plaisir

    La sieste sous les pins

    Quelques beaux livres d'art du monde entier

    Et Valéry Larbaud, Cendrars, et quelques autres

    Et tout autour

    La merveilleuse langue italienne

    Cet opéra perpétuel

    Gina, Giuliana, Giuletta, Francesca

    Et cela chante, roucoule

    Et berce et pleure et console et bénit

    Douce voix de l'enfance immortelle

    Baisers muillés, voluptueuses larmes

    Le regard embué de la Vierge au rocher

    Enveloppe l'enfant dans un nuage rose

    Des filles jouent à la marelle

    Leurs cris font palpiter l'ombre des pins

    La lumière s'incurve et s'adoucit

    Tous les instants miment l'éternité

    Et toute chose fait retour à l'origine...

 

                  3

 

    Le destin

    C'est le traçage des routes

    Routes du sang

    Lignes

    Articulations

    Fuite du plaisir lent par les feuilles de l'âme

    Frayages de douleur

    Excitations

    Eboulements

    Toute une cartographie sensitive et lascive

    Turbulences, dérives, feuillaisons

    Villages de moiteur sous les collines

    Hanches qui portent des enfants nus

    Tahitiennes éberluées, Gaughin partout où chante la couleur

    L'Egypte toujours, dans le coeur et ailleurs

    Chevelures, cascades - ô chevelures

    O combien je vous aime

    Constellations fileuses, neigeuses, cascadeuses

    Ah le corps est un monde inexploré

    Tous les médicastres n'y connaissent rien

    La surface est une immense profondeur

    Mille abîmes dans un grain de peau

    Mille cavernes multicolores et sonores

    Avec des centaines de tortues bleues qui passent comme des rêves

    Hiératiques

    Je voudrais parcourir les fleuves lents du corps

    Remonter les courants souterrains

    Jusqu'à la source obscure, inexplorée

    Le Nil y prend son départ pour la mer à travers les déserts

    Le malheur agonise

    Les dieux nous guident, ces pensifs méridiens de libido itérative

    Rien ne résiste

    Le bonheur

    C'est l'esquif invisible, invincible

    Qui trace à la surface bleue ces rayons chatoyants

    Jusqu'à l'extrême où se dissout le corps.

 

             4

 

     Le corps-esprit est une nébuleuse

     Un éparpillement

 

     Comme un poème

     Eclaté, dispersé, disloqué

     Chaque mot est un centre

     Chaque syllabe.

     Il n'a pas d'origine, pas de fin.

     Toujours ouvert

     Nappe de sable et vent de mer.