FRAGMENTS D'ESPACE INHABITABLE : poésie 12

 

                                     I

       

         Au néant destiné, intermédiaire et sans abri, de quel site fera-t-il sa demeure, l'homme ?

         Chemins tracés par la voix intérieure, chemins d'enfance, où donc me menez-vous ? Sur ce fil incertain qui donc pourrait danser, danser sans chuter ?

         Ivresse ô ma demeure ! Qui donc peut t'habiter, langue admirable, sans en être tranché, au plus vif écorché,

         Amputé de ce qui nous assure, corps et fibre dans le grand univers, surface tiède et voile blanche ?

         O vous chemins d'exil, par quelles traverses de bonace et d'orages, et pour quel horizon ?

         Assumer vertical l'équilibre qui tangue, et de quel fil à plomb, comme lame dressée ?

 

         "Mais suis-je bien d'ici, quand l'ailleurs sollicite et rejette, je vais de l'ombre à l'ombre, le soleil me déchire,

         Orphée bavard, je vaticine aux confins des trois mondes,

         Et l'ombre devant moi dessine un corps inhabitable".

 

 

                                     II

         

         Je suis comme la femme enceinte

          La toute ramassée

         Toute attentive à ce palpitement

 

         Quelque chose du plus obscur appelle

         Et je ne sais de quel appel

         Intempestif et insistant

 

         Au premier cri

         Tendrement mutilée

         La sillonnée, la vallonnée

  

         A d'autres désirs se déchire...

 

                                III

 

         Merveilleusement le nuage fleurit

         Et le ciel s'ouvre comme la mer

         Au détour du rocher

         Plage bleutée corail et coquillage

         Et l'on dirait le doux frémir

         A l'infini

         Des vagues piquetées d'éclairs,

 

         Tous les instants

         Petits bouts de hasards

         Fragments de corps déchiquetés

         Fondus dans le feu du regard.

 

                            IV

 

                    COURSIER

 

          Dressé

          Haletant aux abords du vertige,

          Flanc déchiré, le mors

          Arraché,

          Il mesure hésitant le péril

          Extrème d'un saut pur.

 

          "Jamais tu n'atteignis le beau pays,

          Beau coursier d'aventure, et jamais

          Tu ne bus à la source promise,

          Et la soif qui ronge tes entrailles

          N'a jamais épousé le son pur".

 

          La voix te promettait un ultime pays

          De citronniers âcres et doux

          D'aromates, de sel, de feuilles, de fontaines

          De violettes ombres voltigeantes

          De satins calmes comme des coupes,

          La voix, cette merveille

          La récolteuse de rosée

          La rassembleuse, la fileuse

          La toute parée, la sinueuse

          La déchirante, la flèche qui te perce en vibrant

          L'épée de feu qui te ravive

          Elle t'appelle encor, la triomphante,

          Aux berges de l'aurore...

 

          Ah marteler, acier de mon soleil, 

          La fière lame de mon Dire !

 

                         V

                LE POETE

 

          Tout ce qui peut grandir, verdir

          Ce qui se tend, ce qui s'étend

          Il le ramasse en lui-même

          Comme une grande peau

          Comme une grande voile

 

          Ceux qui le ragardent s'étonnent

          Lui trouvent l'air emprunté,

          Mais déjà il est ailleurs

          Par les travées de travers

          Vaisseau brisé, il regarde la mer.

      

                               VI

                    ETAT des LIEUX          

 

          Loin du pays où coulent lait et miel

          Le présent creuse sa fissure

          Frange tremblante et sûre

          Entre terre et ciel

 

          Mon seul fidèle compagnon

          C'est mon bâton

          Qui heurte le réel insondable

 

          Au tranchant de la faille où je tremble

          Ce qui n'a pas de nom

          Lui seul est secourable.

     

          

                            VII

         

                        HYMNE

  

 

        Par delà toute forme mortelle, le Beau

        Nous illumine du feu

        De son étrangeté. Soyeuse

        Est la frange du ciel

        Ourlée des vagues de la terre

        Qui monte, et les nuages confondent leurs couleurs

        Au miroir de la profondeur. Si haut,

        Plus haut que tout désir

        Et que toute pensée, elle règne

        Et commande en souveraine la Loi

        De ton intime devenir, et te mène

        Dans le flux, le reflux

        Au mystère indicible du dire.

 

        La voix, cette corde vibrante

        Te relie à ce monde ineffable, oublié,

        Où le premier appel, le premier mot

        A déchiré le coeur paisible de la nuit,

        Où le jour, surgissant,

        Précipitant l'irréparable,

        Comme pierre te fit rouler dans les ravines,

        Et le plus proche

        Ainsi devint l'inconnaissable.

 

  

        Ce qui fut dit ce jour là, jamais

        Tu n'en sus rien, jamais

        Le sens n'en put éclore indemne et manifeste,

        Avant que de la pleine voix

        Dans le poème inachevé, inachevable,

        Tu n'en crées l'édifice pluriel,

        Intemporel. Car de finir

        Ce que les dieux ont initié

        Nul n'en possède la mesure,

        Mais le poète en sa fragile force

        Persévère et assure

        La gestation multiple ensoleillée

        La parole déliée.

 

 

        Mais en ce lieu

        Nul ne peut habiter, l'insondable,

        Qui pourtant nous travaille la nuit

        Dans les affres du songe.

        Mais au plus près,

        Désertant les chantiers de ce monde

        Indifférent aux prestiges du monde,

        De ton exil tu assumes l'urgence

        Et la nécessité,

        Et tendue dans l'espace agrandi

        Ta voix recompose le temps immense

        Où le passé-présent féconde l'avenir.